Du 28/1 au 3/2 Festival Télérama AFCAE (places à 3.5€)

Publié le 21 janvier 2015

semaine du 28/01 au 03/02 20h30

THE GRAND BUDAPEST HOTEL

de Wes Anderson, 1h40

Les aventures de Gustave H, l’homme aux clés d’or d’un célèbre hôtel européen de l’entre-deux-guerres et du garçon d’étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle. La recherche d’un tableau volé et un conflit autour d’un important héritage familial forment la trame de cette histoire fabuleuse.

Mercredi 28 à 20h30

« Il se pourrait bien que « The Grand Budapest Hotel » soit, pour l’heure, le chef d’œuvre de son auteur. (…) se déploie un récit gigogne où s’entremêlent avec une incroyable fluidité les époques et les personnages, les lieux et leurs coursives, le tout tenu par un style visuel toujours aussi affirmé et d’une inventivité constante. » CHARLIE HEBDO

EASTERN BOYS

de Robin Campillo, 2h08

Daniel aborde Marek dans une gare. Il lui propose de le
retrouver chez lui le jour suivant. Mais lorsque Daniel
ouvre la porte de son appartement, il est loin d’imaginer
tout ce qui va bouleverser sa vie.

Jeudi 29 à 20h30

« Sur cette France des miséreux qui errent sans but dans les gares, sur
l’homosexualité, la paternité, sur la solitude, aussi, et les liens qui se tissent,
néanmoins, entre les êtres, Robin Campillo pose un regard aiguisé. Lyrique. »
Télérama

WINTER SLEEP

de Nuri Bilge Ceylan, 3h16

Aydin tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa jeune épouse et sa sœur Necla. En hiver, à mesure que la neige recouvre la steppe, l’hôtel devient leur refuge mais aussi le théâtre de leurs déchirements…

Vendredi 30 à 20h30

« Winter Sleep » s’affirme comme une œuvre profonde et grave, d’une intense beauté, servie par l’interprétation exceptionnelle de comédiens impressionnants de justesse et de retenue. » La Croix


MOMMY

de Xavier Dolan, 2h10

Une veuve monoparentale reprend la garde de son fils, un adolescent impulsif et violent. Au cœur de leurs difficultés, ils tentent de surmonter les épreuves, notamment grâce à l’aide i de l’énigmatique voisine d’en face. Tous les trois, ils retrouvent une forme d’équilibre et, bientôt, d’espoir.

Samedi 31 à 20h30

« Avec ce mélo électrique sur les courants d’amour d’une mère célibataire, de son fils délinquant et de leur accorte voisine, le système Dolan, fait d’emphase et de lyrisme, carbure à plein régime. »

Les Inrockuptibles

LE GARÇON ET LE MONDE

de Alê Abreu, Les Films du Préau, 1h19

À la recherche de son père, un garçon quitte son village et découvre un monde fantastique dominé par des animaux-machines et des êtres étranges. Un voyage lyrique et onirique illustrant avec brio les problèmes du monde moderne.

(Places offertes par la Boite à films au moins de 18 ans)

Dimanche 1er février à 14h15

« Difficile, avec des mots, de rendre compte de la richesse du film, qu’elle soit musicale ou graphique [...] Émouvant, fascinant. » Positif

HIPPOCRATE

de Thomas Lilti, 1h42

Benjamin veut devenir un grand médecin. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. Son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites et à celles des autres Son initiation commence.

Dimanche 1er février à 18h

« …comme il s’agit, en plus, d’un film épatant, drôle, émouvant, intelligent, on commencera par une prescription : à voir sans tarder. »

Le Monde

LEVIATHAN

d’Andreï Zviaguintsev, 2h21

Kolia habite au bord de la mer de Barents, au nord de la Russie. Il tient un garage. Le Maire de la ville souhaite s’approprier tous les biens de Kolia. Mais Kolia ne peut pas supporter l’idée de perdre non seulement le terrain mais aussi la beauté qui l’entoure depuis sa naissance. Alors le maire devient plus agressif…

Dimanche 1er février à 20h30

« Avec un casting plein de caractère, des images et des musiques de très haut vol (…), il aboutit une mise en scène épique palpitante, pleine d’éclat et même, par moments, carrément cocasse (…). » Le journal du dimanche

EDEN

de Mia Hansen-Love, 2h11

Au début des années 90, la musique électronique française est en pleine effervescence. Paul, un DJ, fait ses premiers pas dans le milieu de la nuit parisienne et créé avec son meilleur ami le duo «Cheers».

C’est le début pour eux d’une ascension euphorique, vertigineuse, dangereuse et éphémère.

Lundi 2 février à 20h30

« Une énergie nimbée de mélancolie traverse ce film où l’on retrouve des thèmes chers à Mia Hansen-Love (…) La mise en scène, par son rythme, ses couleurs, s’enrichit (…) à l’image de la musique garage, mélange de rythmes froids et de voix à la chaleur enivrante. » La Croix

AU BORD DU MONDE

de Claus Drexel, Aramis Films, 1h38

Paris, la nuit. C’est ici que vivent Jeni, Wenceslas, Christine, Pascal et les autres. Sans-abri, ils hantent trottoirs, ponts et couloirs du métro, au bord d’un monde où la société ne protège plus. Ils nous font face, ils nous parlent.

Mardi 3 février à 20h30

« Le film ne résout rien, bien entendu. Il nous convoque à un carrefour dense de questions humaines, politiques, sociales, avec une mélancolie qui est peut-être une ressource morale plus profonde que la simple indignation. » Libération

« Claus Drexel n’est pas le premier à traiter de la grande exclusion, mais il est le seul à le faire avec un tel parti pris esthétique. Non par afféterie, mais parce que le Cinémascope permet à l’oeil de discerner avec netteté tant les corps défaits que la splendide dureté du monde de pierre qui les abrite et les repousse. » Marianne

Laisser un commentaire

Sondage

  • Quelle comédie musicale pour la séance du 9 février 2015 (sous réserve de disponibilité) ?

    Voir les résultats

    Loading ... Loading ...